Les Alaskiens veulent tuer les Loutres

reproduction des loutres - loutre de mer Alaska

Les Alaskiens veulent tuer davantage de loutres de mer, affirmant qu’elles déciment les coquillages du Sud-Est

Les palourdes, oursins et crabes du sud-est de l’Alaska ont alimenté l’industrie de la pêche et nourri des familles pendant des décennies. Mais ils nourrissent également les loutres de mer.

Aujourd’hui, cette dépendance humaine vis-à-vis des mollusques et crustacés se heurte à un problème : le programme de protection des mammifères marins en quasi-extinction.

Conflit entre la conservation des loutres et les pêcheurs

Le conflit entre la conservation des loutres et les pêcheurs est de nouveau sous les feux des projecteurs cette année. En effet, les législateurs et autres décideurs ont rédigé des lettres à l’administration Trump et au Congrès. Ils souhaitent assouplir la loi de protection des loutres et accorder aux gestionnaires locaux plus de pouvoir pour abattre les animaux. Le but étant de laisser plus d’oursins, de crabes et d’holothuries.

L’histoire des loutres de mer dans le sud-est de l’Alaska remonte à plus de 150 ans, depuis leur découverte par les Russes jusqu’à leur quasi-extermination et à la restauration des années 1960.

La restauration des loutres a été un succès, passant à plus de 20 000 loutres. Les scientifiques disent que la résurgence des loutres rétablit l’environnement tel qu’il était avant les Russes. Mais ils reconnaissent également que les coquillages, qui ont explosé en l’absence des loutres, sont maintenant épuisés.
Un chef de tribu du Sud-Est déclare que les loutres de mer sont désormais en compétition avec les pêcheurs. Ces derniers ne veulent pas les anéantir complètement, mais ils veulent les garder sous contrôle.

Origine du conflit entre les loutres et les pêcheurs

Les racines du conflit remontent au milieu du XVIIIe siècle, lorsque les explorateurs russes trouvèrent des loutres dans les îles Aléoutiennes. Ainsi, les Russes chassaient chaque année des milliers de loutres et vendaient leurs fourrures en grande partie aux marchés chinois.

En 1900, il y avait un petit nombre de loutres à 13 endroits en Russie, en Alaska et en Californie. Un traité international en 1911 a permis à certaines populations de rebondir. Mais dans les années 1950, les loutres ont disparu de la côte sud-est de l’Alaska.
Dans les années 1960, le département de la pêche et du gibier de l’Alaska a commencé un programme de transplantation. L’idée était de restaurer l’espèce dans son ancien habitat et de donner aux résidents l’occasion de vendre des fourrures.

la reproduction des loutres - loutre de mer AlaskaDepuis leur introduction, la population de loutres de mer n’a cessé de croître grâce à leur reproduction. Une évaluation en 2008 estimait 10 500 loutres de mer dans le sud-est de l’Alaska. Ce nombre passe à 26 000 en 2014, soit un taux de croissance de 12 à 14% par an.

Par ailleurs, les loutres sont des prédateurs efficaces. Elles ont un métabolisme élevé et manquent de graisse. Elles mangent environ 25% de leur poids corporel chaque jour. Dans les régions où elles se sont développés, elles peuvent rapidement épuiser les stocks d’oursins, de panopes et crabes dormeurs.
Ainsi, la moitié des zones de pêche à l’oursin ont été fermées. La prédation des loutres touche 65% des zones. Les loutres rendent plus difficile pour les résidents de récolter les palourdes et autres coquillages.

La loi sur la protection des mammifères marins

Les législateurs de l’Alaska ont protesté contre les effets de l’expansion des loutres de mer pendant des années. Mais la Loi sur la protection des mammifères marins, promulguée en 1972, interdit la chasse de loutres de mer sauf pour les autochtones de l’Alaska qui vivent sur la côte. Elle interdit aussi la vente de fourrures de loutres à des non-Autochtones. Et elle permet seulement la chasse par des personnes qui ont au moins un quart d’ascendance indigène de l’Alaska.
Il s’est avéré que le marché de la fourrure était plus petit que prévu, ce qui réduit l’incitation à la chasse.

Débat sur la protection des loutres

Les efforts déployés pour stimuler les marchés de loutres ont tous échoué. Un projet de loi a été présenté en 2011 pour permettre la vente de fourrures brutes à des non-Autochtones mais il n’y a pas eu de suite. Deux ans plus tard, le sénateur Bert Stedman propose une loi pour offrir une prime de $100 pour chaque loutre capturées. Le projet de loi n’a pas eu de vote. Stedman mène une autre campagne anti-loutre cette année. Il demande la chasse ouverte eux loutres aux autochtones d’Alaska inscrits dans une tribu reconnue par le gouvernement fédéral, la vente de peaux de loutres brutes sans restriction et la délégation de la gestion à l’État et aux tribus.

Le Conseil des Pêches de l’Etat a envoyé une lettre ce mois-ci au Secrétaire à l’Intérieur et au Secrétaire au Commerce. Il demande plus de flexibilité aux communautés de l’Alaska pour gérer les loutres de mer.
Les membres d’une commission tribale de la mer de l’Etat s’opposent à l’idée de donner à l’Etat de l’Alaska plus de pouvoir de gestion.

Mais les législateurs reconnaissent également que les loutres aident à stimuler l’industrie touristique en plein essor du Sud-Est. Les scientifiques affirment que les loutres appauvrissent les stocks de mollusques. Mais elles peuvent contribuer à renforcer la présence de certaines espèces comme le varech. Ce dernier produit un habitat pour les poissons et peut même piéger le carbone de l’atmosphère.

Les Alaskiens veulent tuer les Loutres
1 (20%) 1 vote

Une réponse à “Les Alaskiens veulent tuer les Loutres”

  1. Pingback : La loutre en voie de disparition - La Reproduction des Loutres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*